Cristina

Caloniz Herminia
Peintures de Christine Guinamand

Récit
date d’édition : Mars 2020

format : 14 ×21 cm
72 pages

ISBN : 979-10-91365-95-6

 

 

PRIX ► 10,00 euros

Règlement par chèque

 

Frais de port gratuits à partir de 25€ d’achat de livres.

_______________________________________________________________________

On en parle !

• « Luxuriante sensualité», note de lecture de Jean-Paul Gavard-Perret sur lelitteraire.com
• « Un air de viole sur un tapis d’oursins », recension de Lionel-Édouard Martin sur son site

 

 

 

Céphalées

Nicolas Vitas
Encres de Chine de Régis Gonzalez

Récit
date d’édition : Novembre 2019

format : 14 ×21 cm
76 pages

ISBN : 979-10-91365-82-6


PRIX ► 9,00 euros

Règlement par chèque

Frais de port gratuits à partir de 25€ d’achat de livres.

_______________________________________________________________________

On en parle !

C’est un bon premier livre, le Céphalées de Nicolas VITAS. Avec toutes les qualités qu’il faut à un premier ouvrage: d’abord la concision, l’écrit ramené à l’os. Et pour ça, on est servi, dans les 70 pages de fragments autour de l’AVC et de la condition d’un homme rendu à sa fragilité et à l’action de ceux qui vont le sauver. Aucun pathos dans le récit, une distanciation teintée d’humour et d’émotion. Le moindre détail prend une dimension métaphysique quand le contrôle nous échappe, les murs et les plafonds de l’hôpital, le miroir qui reflète les heures qui ne passent pas, les portes coupe-feu… VItas décrit de l’intérieur le processus de dégradation et les étapes progressives de reconstitution. L’Inquisition de l’orthophonie. La narration est assurée par un fil conducteur: il parle de lui mais on suit aussi Marie, dans un effet-miroir, la façon dont il la voit avancer. Emma, Philippe, ponctuent aussi le récit. Dans Céphalées, on passe – sur fond de rock n’roll – de la bave au surhumain exercice de mastication, mais on en a un récit désincarné, atypique : l’auteur est narrateur, mais si je est un autre, le Il du récit en est un parfait substitut. Si j’usais de l’humour vitasien, je dirais que ce livre est un parfait livre de chiottes, parce que c’est le lieu d’aisance idéal pour picorer, dans l’ordre ou pas, les aphorismes du récit. Personnellement, je ne les aurais pas titrés, mais il faut bien un coup de griffe, c’est la règle. De John Wayne en John Wayne, l’épanadiplose est aussi convaincante que le processus de guérison. On se surprend à se demander ce qu’aurait donné le même témoignage sous une forme plus longue (les fragments que j’ai préférés moi, comme « douceur féminine » ou « Silence »). C’est un livre dont titre et couverture parlent à ceux qui ont vécu la maladie, mais c’est aussi un livre qui tient debout tout seul. Sans brancard ni béquilles.

Laurent Cachard

► Note de lecture sur L’ Ambidextre, Le son du jour : Little Hurricane

Aurelia Kreit

Laurent Cachard

Roman
date d’édition : Septembre 2019

format : 14 ×21 cm
440 pages

ISBN : 979-10-91365-81-9


« Aurelia Kreit » s’ouvre en Russie au début du XXe et s’achève en France, à l’aube de la 1ère guerre mondiale. Il suit le destin de deux familles qui fuient les pogroms, traversant le Continent, de Iekaterinoslav à Odessa, puis Constantinople, Vienne, Paris, Lyon, Saint-Étienne… S’y mêlent l’histoire de la sidérurgie, la question de l’identité ukrainienne écrasée par la grande Nation voisine, celle de la judéité, de la fatalité, aussi : la chance et son corollaire, le prix à payer. Autour d’émouvants portraits de femmes, ce roman interroge, à travers l’aventure unique et reconstituée de son héroïne, l’âme slave et l’humanité dans son ensemble.

PRIX ► 20,00 euros

Règlement par chèque

Frais de port gratuits à partir de 25€ d’achat de livres.

_______________________________________________________________________

On en parle !

• Note de lecture de Christian Chavassieux sur Kronix
• Critiques de lecteurs sur Babelio

Régis GONZALEZ

Né à Chambéry en 1976 où vit et travaille, Régis Gonzalez est diplômé des Beaux-Arts depuis 2001 ; il est l’auteur de peintures, dessins, fresques et photographies. Son œuvre a été présentée au cours de résidences, expositions en galeries, centres d’art et biennales en Europe et en Asie. Son travail d’artiste mêle sa passion pour l’histoire de l’art et l’observation aiguë et mordante de la société contemporaine au travers de thèmes tels que la peur, la mémoire et la solitude.

Galerie / Site personnel ► Régis Gonzalez

Collaboration artistique :
Céphalées

Tout était devenu trop blanc

Lionel-Édouard Martin

Roman
date d’édition : Août 2019

format : 14×21 cm
200 pages

ISBN : 979-10-91365-80-2

« Qu’est-il arrivé à Monsieur Charles, surnommé Popotame, que l’on retrouve un matin gisant dans un champ d’avoine du domaine familial, « tout un nuage de grolles attablées dans les entrailles » ? La voix de la vieille Marceline raconte, modelée dans son accent de la campagne poitevine, enregistrée par le narrateur le temps d’un été, alors qu’il n’est encore qu’un jeune homme. Elle relate l’histoire attachante de Charles du Puy du Pin de la Chambue, jeune peintre d’humeur un peu fantasque dans l’avant garde du XXe siècle, disparu dans de troubles circonstances. Sans rupture avec la prodigieuse langue poétique qui est la sienne, Lionel-Édouard Martin brosse, dans ce roman, les tableaux d’un monde rural révolu, tout en développant une réflexion sur la création artistique. »

PRIX ► 19,00 euros

Règlement par chèque

Frais de port gratuits à partir de 25€ d’achat de livres.

_______________________________________________________________________

On en parle !

• Critique de Penvins sur e-litterature.net
• La lecture de Nikola Delescluses sur Palude
• Note de lecture de JP Longre ► Comment garder les couleurs du temps ?
• Recension de  Guillaume Cingal ► Je range mon bureau 051
• Note de lecture de Hans Limon sur La Cause Littéraire
• Note de lecture de Azallee92 sur Babelio